mutilations génitales féminines et repassage des seins à Douala

May

voir le lien de repost ici

Dans le cadre de la commémoration de la journée internationale de la petite fille, l’association MAHSRA a organisé un atelier le mardi 11 Octobre 2016 dans la salle du GICAM au sujet de l’éradication de la violence sur les jeunes filles dans la Région du Littoral.  Les objectifs étant de renforcer les capacités d’intervention des parties prenantes dans l’éradication des pratiques de repassage des seins et des MGF au sein du département du Wouri.

Cette activité s’est tenue sous le haut patronage du représentant du gouverneur de la Région du Littoral qui était assisté pour la circonstance du représentant du Haut-commissaire de la Grande Bretagne au Cameroun, du représentant du délégué du gouvernement auprès de la communauté urbaine de Douala et enfin du Dr Kelly NGYAH promoteur de l’ONG MAHSRA.

En outre, y prenaient part, les représentants d’une vingtaine d’Organisations de la société civile et des journalistes conviés à cet effet, ainsi que des personnes intéressées par la question qui n’ayant pas reçu d’invitation formelle ont été informé de la tenue de l’événement par le biais des médias.

Dans son allocution d’ouverture, Madame la représentante du Délégué du Gouvernement a fait savoir que son désir est qu’à la fin du séminaire, chaque participant puisse sensibiliser toutes les populations de Douala sur l’éradication des mutilations génitales féminines (MGF) et le repassage des seins.

Pour le Dr Kelly NGYAH, le travail de ce jour  avait pour but d’échanger et de voir comment ensemble mettre fin aux souffrances que subissent les jeunes filles avec ces pratiques. Toutes les parties prenantes de ce jour devaient prendre conscience pour  les éradiquer.

Quant au représentant du gouverneur, il a tenu un discours d’encouragement à l’endroit de l’association organisatrice pour cette initiative tout en leur souhaitent d’atteindre tous les résultats escomptés. Il a rappelé à ses membres qu’ils peuvent compter sur le soutien du Gouvernement pour la protection des droits fondamentaux de la jeune fille.

Enfin, le représentant du Haut-commissaire britannique a souligné que la haute commission travaille beaucoup pour soutenir des droits du développement des femmes et jeune filles avec L’ONG MAHSRA est qu’il y a aussi beaucoup des opportunités des bourses d’études donne par la haute commission.

Après donc les civilités d’usage liées à la cérémonie d’ouverture, l’activité est passée à sa deuxième phase qui concerne l’atelier proprement dit. Il était constitué des exposés et des travaux de groupes.

De ce qui est des exposés, il ya eu deux interventions. Il s’agissait de :

  • Ø La présentation du Dr Honoré EMAPI, gynécologue, sur le thème « les effets ou les conséquences du repassage des seins et les MGF sur la santé». Il a défini les MGF comme l’ablation de certains organes génitaux de la femme. Il a révélé qu’au Cameroun, le taux de prévalence de ce fléau est de 20%. Alors qu’au Djibouti il est de 98%. Les MGF sont inhérentes à la culture ce n’est pas un problème de religion. Les coutumes avancent plusieurs raisons dont celle de la préservation de la virginité de la jeune fille jusqu’au mariage. Il a souligné qu’il existe différentes variétés de MGF parmi lesquelles l’ablation du capuchon du clitoris ou encore l’ablation totale du clitoris avec comme matériels utilisés le couteau, la lame de rasoir, et dans certains pays c’est une intervention chirurgicale qui se fait à l’hôpital.

Et pour entrer dans le vif de son sujet, il a commencé par préciser que les MGF n’ont aucun bénéfice pour la santé. Au contraire elles n’engendrent que des complications qui sont :

  • Immédiates : les hémorragies, l’anémie sévère, les fistules vesico vaginales, la rétention aigue d’urine pouvant entrainer une IRA, la douleur aigue et omniprésente parce que sans anesthésie ;
  •  Infectieuses : causées par l’utilisation du matériel non stérile et l’utilisation des pansements traditionnels utilisés. Cela produit de l’adénite, des abcès, du tétanos etc
  • Tardives : cicatrices (vicieuses, chéloïdienne et inesthétique), algies pelviennes chroniques, hematocolpos, dysménorrhées, dyspareunie, sténose de la vulve, infection urinaire chronique, risque de diffusion du VIH, les complications au cours de l’accouchement ;
  • Psychologiques : états anxiodepressifs et frigidité

Pour le repassage des seins, il a précisé que cette pratique est inutile. La victime subi parfois des brulures sur la peau lorsque le matériel utilisé est chauffant.

L’exposé de Mme Marie Thérèse MENDENE, psychologue, sur le thème : « Les conséquences psychologiques sur les jeunes femmes et les jeunes filles qui ont subi les pratiques de repassage des seins et les MGF ».

L’intervenante fait part aux participants du fait que dans ses recherches elle s’est posée la question de savoir si l’on est face à une maltraitance au sens de l’OMS (organisation mondiale de la santé) s’agissant des MGF et du repassage des seins. Puisque d’après la psychologue, ces pratiques ont un impact dans le développement de la personnalité des personnes qui en font l’objet. L’oratrice a révélé que le repassage des seins va du souci qu’a la mère de protéger sa fille des grossesses précoces. Il concerne les jeunes filles qui ont entre douze et dix sept ans. C’est la période de la puberté et cette étape entraine normalement un certain nombre d’angoisse chez l’adolescent.

Pour l’adolescent qui subi les MGF c’est un choc énorme. Il ya des interrogations que ces jeunes filles ont jusqu’à l’âge adulte. Il faut que l’adolescente ait une estime de soi positif et pour cela il faudrait qu’elle soit bien dans sa peau. Elle pourra ainsi mieux défendre ses intérêts. Mais celle qui ne l’a pas ne s’épanouira guère, elle accumulera des échecs dans sa vie.

La psychologue a poursuivit ses propos en disant que lorsqu’un enfant a subi une maltraitance et n’a pas eu l’occasion d’exprimer cela, cet enfant aura plus de chance de le perpétrer plus tard. Parce qu’il a intériorisé sa douleur et s’est mis à la place de son bourreau.

Donc, l’estime de soi est fortement perturbée chez les enfants qui ont subi les maltraitances. Ces jeunes filles victimes ont plusieurs sortes de traumatismes. Elles ne supportent pas qu’on leur touche les seins, de plus elles développent des phobies et des stress. La présentatrice a permis à l’assistance de relever trois types de stress :

  • Le stress aigu: celui que la victime subi une seule fois et qui se termine une fois que la situation est passée ;
  • Le stress chronique: lorsque l’élément du stress a perduré durant les années ;
  • Le stress post chromatique: lorsque les émotions que la victime a subi vont se loger dans son cerveau.

Après cet exposé sur les conséquences psychologiques, une séance d’échanges avec les participants a eu lieu. Quelques remarques ont été soulevées :

  • – Une participante qui aurait subi le repassage des seins dit n’avoir aucun traumatisme ;
  • – L’on a déploré l’absence des cibles (jeunes filles) proprement dit à l’atelier;
  • – Quelles sont les mesures d’accompagnement pour les exciseuses qui vivent des pratiques de MGF.

Réagissant à la première remarque, la psychologue a déclaré que les traumatismes ne sont pas les même chez toutes les femmes. La participante aurait peut être été préparée psychologiquement.

Parlant de l’absence des jeunes filles à l’atelier de ce jour, le promoteur de l’ONG MAHSRA a fait savoir qu’elles seraient à l’école. L’horaire de l’atelier ayant coïncidé avec les heures de cours.

Enfin, pour ce qui est des mesures d’accompagnement des femmes qui pratiquent l’excision, il a été indiqué que l’excision est un acte criminel, un travail illégal. L’on devrait leur conseiller de mener une autre activité.

Les travaux de groupes

Trois groupes de travail ont été formés avec les thématiques différentes. Il s’agissait de voir :

  1. Quelles sont les conséquences psychologiques sur les jeunes filles qui ont subi le repassage des seins et les MGF ;
  2. Quels sont leurs effets sur la santé;
  3. Comment minimiser la pratique de repassage des seins et les MGF.

A cet effet, plusieurs propositions ont été avancées :

  • pour les conséquences psychologiques : stress (aigu, chronique, post chromatique), trouble de l’identité, trouble de personnalité ;
  • pour les effets sur la santé : contamination des maladies, hémorragies, anémies, infections, abcès, tétanos, mauvaises odeurs, cicatrices, brulures;
  • pour minimiser ces pratiques, les recommandations suivantes ont été faites:
  • Informer les populations sur la question,
  • Sensibiliser les autorités traditionnelles, religieuses et les leaders des organisations de la société civile qui militent pour la cause,
  • Vulgariser et appliquer les textes nationaux et internationaux,
  • Aller sensibiliser dans les hôpitaux lors des jours de vaccination,
  • Orienter et former les pratiquantes de ces violences à d’autres sources génératrices de revenu.

Copie de L’Agreement pris par les particpants a l’atelier

Post navigation

Leave a Reply

Your email address will not be published.

RSS
Follow by Email
YouTube
YouTube
LinkedIn
LinkedIn
Share
Telegram